Nous méritons mieux que ça

mardi 1er décembre 2020
par  Lawryn
popularité : 16%

Nous méritons mieux que ça

De réformes éducatives en réformes éducatives, l’éducation se meurt, préparant assurément la privatisation à laquelle aspirent les tenants de l’idéologie qui nous tue chaque jour un peu plus. Laisser l’école sans moyens, sans attention c’est détruire les enseignant-es, les personnels éducatifs et détruire un pan important de la fonction publique comme de la société. Pourquoi cela ? Parce qu’en détruisant l’école et l’éducation, ils provoquent une catastrophe qui entérinera leur idéologie. Les familles paieront, travaillerons toujours plus pour toujours moins et accepteront que leurs enfants se forment devant des écrans et des médias contrôlés. Un peuple conditionné à l’encéphalogramme plat devant écrans plats.

Non, enseigner ne s’improvise pas. Ce métier s’apprend, se prépare, s’étudie longuement. Il en va de l’exigence d’éduquer. Car dans les écoles on éduque, on ne fait pas qu’enseigner.

Ces réformes sont tout sauf éducatives. L’absence de dialogue social en témoigne. L’absence de dialogue tout court car pour qu’il y ait dialogue, il faut qu’il soit à minima bilatéral. L’absence de prise en compte et de consultation des premier-ères intéressé-es : les enseignant-es, les personnels, les familles. La situation des personnels de l’éducation, de la fonction publique est la votre, la notre celle de toutes et tous. Quand le gouvernement méprise ses fonctionnaires, il reconnaît qu’il ne s’agit en aucun cas d’améliorer l’éducation, la santé, les services publics mais d’économie, d’ajustement de personnels (ou pour traduire en langage capitaliste, de licenciements).

Ainsi, quand la loi contrevient à la constitution, on ne peut prétendre l’appliquer et encore moins arguer de défendre la constitution tout en la violant (lois garantissant les droits élémentaires comme celui de réunion, d’expression, de manifestation ou de libre circulation...), au contraire de ce que propose la loi scélérate de sécurité globale et son fameux article 24.

L’éducation et ses personnels ne défendent pas des privilèges mais luttent pour ses élèves, leurs familles et leurs conditions de vie. Des salaires infâmes, des classes surchargées, des lieux d’enseignement inadaptés, voilà pourtant le cadre qu’offre l’institution. Malgré tout cela, réformes après réformes, Covid – 19 ou non les personnels se présentent chaque jour poursuivant leur mission d’éducation émancipatrice.

L’éducation est un bastion sociétal, un fondement, défendons là ensemble, ne lâchons rien !


Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 12 prochains mois