Manifestations à la Roche mardi 14 et jeudi 16 : ne lâchons rien !

dimanche 12 janvier 2020
par  christinec
popularité : 4%

Enfumage ! le "retrait" de l’âge pivot, enfin pour l’instant, enfin sous conditions, enfin peut-être, vient d’être "obtenu" par certaines organisations se disant encore "syndicales", qui s’en déclarent "satisfaites"... Du vent ! Il s’agit là d’une triste farce : d’une part, l’âge pivot ne tardera pas à revenir par une autre porte, sous un autre nom ; d’autre part, c’est bien la réforme dans son ensemble qu’il faut obliger le gouvernement à mettre à la poubelle !

La réforme à points, c’est la paupérisation des retraité-es, c’est les petits boulots jusqu’à la mort, c’est métro-boulot-caveau, c’est l’aggravation des inégalités femme-homme, ce serait la victoire du monde de la finance et du grand patronat. Les organisations "syndicales" qui refusent de se joindre à ce juste combat - CFDT, UNSA - ne seraient-elles que la branche salariée du MEDEF ?... Elles porteraient en tout cas une lourde responsabilité en cas de défaite de ce mouvement social !

Tous et toutes en grève et en manifestation à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires et des GJ :

MARDI 14/01 place de la Vendée à la Roche - 14h
JEUDI 16/01 rond-point devant l’hôpital à la Roche - 14h

Personnels Education : un premier RDV est donné à 13h30 devant la cité Travot pour se rendre ensuite en cortège jusqu’au départ de la manifestation.

Communiqué de la fédération SUD Education :

Au cours de la 38e journée de grève contre le projet Macron-Delevoye, le premier ministre a adressé un courrier aux organisations syndicales. Ce courrier confirme ce que l’on savait déjà : non seulement le gouvernement veut imposer contre la volonté majoritaire un projet de retraite par point, mais il veut faire des mesures d’économies en maintenant un âge pivot.

Tout le reste n’est que de l’enfumage : la définition de l’âge pivot (renommé dans le courrier “âge d’équilibre”) serait conditionné au fait que les partenaires sociaux trouvent un accord d’ici avril. Dans tous les cas, le gouvernement se laisse la possibilité de le modifier par ordonnance.

L’objectif de la réforme est clair : faire travailler toujours plus longtemps, affaiblir les mécanismes de solidarité pour baisser les pensions. Et on en connaît déjà les bénéficiaires : le patronat et l’Etat (dont il n’est jamais question d’augmenter les cotisations) et les caisses de retraites par capitalisation, comme Blackrock.
L’objectif du courrier est clair également : donner aux syndicats d’accompagnement comme la CFDT et l’UNSA, qui ne sont pas à l’origine de la grève, une porte de sortie pour se donner abusivement un satisfecit, ce que leurs directions se sont immédiatement empressées de faire. Gageons que leurs bases ne se feront pas avoir, en particulier dans les secteurs engagés dans la grève reconductible.

Les tentatives de division et d’enfumage du gouvernement, alors même que les grévistes revendiquent depuis le début du mouvement le retrait pur et simple du projet Macron-Philippe de casse des retraites, montrent à quel point il est en difficulté. La répression qui s’est exercée aujourd’hui, notamment à l’égard de personnels de l’éducation, en est un autre exemple. C’est le moment de porter le coup de grâce à cette réforme majoritairement condamnée dans l’opinion publique.

Les forces vives du mouvement, les grévistes, ne s’y tromperont pas, et continueront de revendiquer, par leur mobilisation, l’objectif de retrait pur et simple du projet de réforme. C’est dans ce cadre que SUD éducation appelle l’ensemble des personnels de l’éducation à reconduire la grève dès le début de la semaine prochaine.

À cet égard, l’appel de l’intersyndicale de l’éducation CGT-FAEN-FO-FSU-SUD éducation à de prochaines dates de grève et de manifestations les 14, 15 et 16 janvier, qui s’inscrit dans l’appel intersyndical interprofessionnel CGT-CGC-FO-FSU-Solidaires, doit être un point d’appui majeur pour l’amplification d’un mouvement de grève reconductible à même de faire plier le gouvernement et obtenir le retrait du projet gouvernemental.