Rentrée : reprenons la mobilisation !

mardi 27 août 2019
par  christinec
popularité : 3%

Nous savons déjà que cette année scolaire sera une année de luttes. Elle le doit. Nous le devons. En 2018-2019, la colère face aux réformes Blanquer a suffisamment mobilisé pour permettre d’obtenir quelques victoires, comme le recul du gouvernement concernant la mort annoncée de la direction d’école. Mais de nombreux combats sont devant nous. Les lycées professionnels sont touchés par une réforme qui leur enlève des moyens et va appauvrir les apprentissages. Le bac va perdre son statut de diplôme national à force d’être détricoté. Les personnels du second degré se sentent méprisé-es par des réformes qui leur imposent un surcroît de travail et/ou mettent leur poste en danger. Avec en prime Parcoursup qui continue à maltraiter les jeunes, l’élitisme de ce gouvernement rétrograde est consacré : l’éducation à deux vitesses devient la norme assumée, et les personnels, des exécutant-es au service de la machine à re-produire des exécutant-es...

Dans le premier degré, un texte censé rendre obligatoire l’école à 3 ans imposera surtout un financement accru des collectivités vers le privé. Partout, des élèves en grande souffrance, qui ont besoin de prises en charges extérieures à l’école mais n’en bénéficient pas - pour diverses raisons y compris institutionnelles - sont "inclus-es" et font exploser les classes. La hiérarchie cache alors sous le tapis les fautes qui sont les siennes et culpabilise les équipes... Les nouvelles modalités du mouvement, imposées sans préavis en 2019, vont entrainer des arrêts maladie et des démissions.

Pour couronner le tout, la loi de "transformation de la fonction publique" a été votée pendant les vacances... C’est le premier véritable coup de massue dans le statut de fonctionnaire. Les personnels sous contrat (AED, AESH, enseignant-es...) de plus en plus nombreuses et nombreux, corvéables à merci, n’osant pas toujours faire grève, sous-payé-es, sont déjà victimes de ce qui nous attend tous et toutes si nous ne nous mobilisons pas contre ce texte et ceux qui suivront. D’abord par solidarité envers elles et eux, mais aussi pour l’avenir de la fonction publique et du service public, pour l’avenir commun.

Enfin, nos retraites sont de nouveau sous le couperet du gouvernement libéral : il s’agit tout bonnement d’en finir avec le modèle de solidarité qui définissait le régime de retraite par répartition. L’inverse de ce que SUD Education, avec Solidaires, revendique : un partage et une redistribution des richesses pour un monde plus juste.

SUD Education est à la pointe de la contestation face à toutes ces régressions. Pour le progrès social, pour une école émancipatrice, pour un monde égalitaire, adhérez à SUD Education et entrez dans la lutte ! Contacts en page d’accueil.

sur le site de la fédération SUD Education