Appel unitaire à la grève le 17 juin

grève le premier jour des examens
lundi 3 juin 2019
par  Fab
popularité : 3%

Depuis plusieurs mois, la colère monte dans les établissements de l’éducation nationale. En Vendée, des enseignant-es démissionnent de leur poste de professeur-e principal-e comme au lycée Mendès-France (lire ICI). Des camarades des collèges de St Gilles, d’Aizenay et de Challans ont monté une action symbolique pour dénoncer les sureffectifs dus au projet de loi du Sinistre Blanquer. La FCPE organise des rassemblements soutenus par SUD Education pour dénoncer la réforme du lycée et Parcoursup’. Des professeur-es de français du public et du privé se rassemblent au sein du collectif des Citrons Pressés (lire ICI) pour lutter contre une réforme qui leur impose un programme impossible à mettre en œuvre tellement il est exigeant, imposant des œuvres obligatoires difficiles, coûteuses pour les familles et leur demandant un surplus de travail colossal. Des Assemblées Générales s’organisent dans le secteur de Montaigu.

Face aux revendications légitime portées au niveau national, Blanquer a refusé toute discussion. Pire, de nombreu-ses collègues ont été victime de rappels à l’ordre ou de mesures d’intimidation.

Déjà, dans de nombreux établissements, les mesures se font déjà sentir en terme d’options supprimées, d’emploi du temps aberrants pour les élèves, d’inégalité d’accès au savoir.

Devant la gravité de la situation, les organisations syndicales représentatives du public et du privé, de l’enseignement agricole et les Stylos rouges, après de nombreuses alertes au ministre, déposent un préavis de grève sur le mois de juin. Elles appellent tous les personnels à poursuivre les actions locales, à se réunir en assemblées générales pour organiser la grève le 17 juin, premier jour des épreuves du baccalauréat, et décider des suites, pour :

  • une revalorisation des rémunérations ;
  • le retrait des réformes des lycées et du baccalauréat ;
  • le retrait des projets de loi « école de la confiance » et « Fonction publique ».

Si le Ministre persistait dans son refus d’ouverture de discussions rapides, il porterait la responsabilité d’une perturbation dans le déroulement des examens. Les organisations se rencontreront de nouveau dès après le 17 juin.

Grève en débat


Documents joints

Appel intersyndical à la grève le 17 juin
Appel intersyndical à la grève le 17 juin

Portfolio

Tuto grève des examens