Solidaires Unitaires Démocratiques

Accueil > Les journaux de Sud-Education : Sudversion 85 et le journal fédéral (...) > Sudversion > Sudversion 86

Sudversion 86

samedi 23 juin 2018, par francoisp

Vous trouverez ci-dessous, l’édito du dernier numéro de SUD-Version 85. Pour lire le journal de votre syndicat, cliquezici

Comme si je vous disais !

« Jusqu’ici, tout va bien ! » La haine, Mathieu Kassovitz

Comme si je vous disais des enseignant.es soumis.es aux ballets des réformes empilées, des agent.es techniques variables d’ajustements, des administratif.ves, là encore partout en sous-effectifs.

Comme si je vous disais, l’absence de moyens budgétaires pour assurer le service public alors que l’enseignement privé est abreuvé de subventions variées.

Comme si je vous disais les salaires rapiécés, les avancements de carrière bloqués, soumis de plus en plus au bon vouloir des chef-fes.

Comme si je vous disais les burn out, les agent.es en situation de handicap, la santé des personnels sous les radars de la prévention.

Comme si je vous disais les CHSCT menacés par le gouvernement Macron, les Commissions Paritaires (CAP) bientôt mises en pièce. Encore plus d’opacité sur les choix de l’employeur, qui les fait à son bon vouloir !

Comme si je vous disais que le repli sur soi, l’oubli des droits statutaires, des conquis syndicaux, que l’individualisme, nous amènent là où nous en sommes.

Comme si je vous disais qu’il faut s’engager, s’engager dans le syndicat, agir sur son lieu de travail pour se défendre et défendre les autres, créer du lien avec les salarié.es du privé, avec les autres agent.es de la fonction publique. Notre syndicalisme n’est pas un syndicalisme de service, il vise l’émancipation de chacune et chacun !

Comme si je vous disais que le réformisme syndical est défait, et que le syndicalisme de lutte doit être mis au centre de nos pratiques.

Comme si je vous disais qu’il faut sortir la tête du sable, et préparer, tous ensemble, un mouvement social qui bloque l’économie du pays : étudiant.es, fonctionnaires, salarié.es du privé, retraité.es, nous avons les mêmes intérêts ! Ne restons pas sur le bord des manifestations et des grèves, en spectateurs, en spectatrices ! Retrouvons notre puissance d’agir !

Le fatalisme et la résignation sont les armes du pouvoir, celles du mouvement social reposent sur la conscience d’appartenir à une histoire des luttes, et sur le principe de la révolte contre l’injustice sociale : Macron et son monde, on n’en veut pas !

François Poupet, syndicaliste.