Sud-version 84/ Janvier-février 2018/ Edito

L’édito
mardi 27 février 2018
par  francoisp
popularité : 3%

Edito : Les coups pleuvent… tout le monde trinque !

Des attaques tout azimut ont marqué la fin de l’année 2017 et ce début d’année 2018, que ce soit dans le premier degré, dans le second degré ou dans le supérieur. Et dans les médias, qu’entend-on ? Des sondages au niveau national qui relèveraient un satisfecit général, des citoyen-nes comblé-es par les belles réformes concoctées par les ministères. La bande Pénicot, Darmanin, Blanquer est à l’oeuvre, à l’initiative de tous les coups bas, les coups tordus, les mauvais coups pour taper sur les salarié-es du privé d’abord avec la loi travail, puis sur les étudiant-es,les retraité-es, les fonctionnaires, les enseignant-es et leur dernière cible les cheminot-es.

Et nous, sur le terrain, que voyons nous ?

Des citoyen-nes dans la rue qui restent debout malgré tout et crient à tue tête, chantent leur colère. C’était contre la loi travail, et plus récemment devant la préfecture et l’Inspection académique de Vendée où parents et personnels criaient contre les fermetures d’école. La Vendée serait-elle une exception en France ? Que nenni ! Partout, les citoyen-nes se mobilisent. Les étudiant-es à Nantes, qu’on fait passer pour des casseurs et casseuses (fermeture administrative de l’université). Dans certaines radios, on parle de mobilisations “un peu partout”, mais ce “un peu partout”, ce n’est visiblement pas la France... La France, elle est partie en Corée du Sud : elle y fête ses héro-ïne-s de la République ! Et en même temps l’égalité républicaine est broyée : sélection, compétitivité partout et toujours… le gouvernement s’est trouvé un terrain de sport : ses services publics. L’éducation nationale est une de ses cibles privilégiées...
On nous ressert le mammouth ! STOP !!!

Nous n’en pouvons plus d’un tel dédain.

La réforme du baccalauréat, la nouvelle organisation au lycée ne sont que de la poudre de perlimpinpin, une réforme comptable de plus pour réduire le nombre de fonctionnaires. Comme la dernière réforme du collège. Les réformes se suivent et laissent derrière elles un système exsangue qui ne sera que plus facile à démanteler pour le marchandiser à court terme.

L’agression est brutale : organisons la riposte, tous et toutes ensemble dans la rue le 22 mars 2018… Le printemps sera chaud !