Carte scolaire : une grand’messe, un diaporama... et après ?

La DASEN ne veut pas baisser les seuils alors qu’elle le pourrait, et supprime la phase de juin.
mercredi 9 mars 2016
par  christinec
popularité : 2%

Une embellie insuffisante, et qui ne s’inscrit pas dans la durée

Tous les IEN étaient présents au CTSD du 8 mars, ce qui est rarissime. La DSDEN se modernise également, car nous avons eu droit pour commencer à un... diaporama ! Chronophage (nous avons siégé 5 heures), ce dispositif était conçu pour nous démontrer l’amélioration de la situation, en terme d’effectifs, au fil des ans...
Partant de loin, l’amélioration reste pourtant minime, voire marginale.
D’ailleurs, l’embellie pourrait surtout être de courte durée : en effet, si cette phase de carte scolaire est plus favorable aux écoles que les précédentes, la DASEN refuse toujours de baisser les seuils, qui restent, en sous-main, la grille de référence. Autrement dit, si la Vendée perd des postes l’année prochaine, que fera la DASEN ? Elle ressortira les seuils existants... et c’en sera fini du soi-disant "regard qualitatif" qui nous a été "vendu" en séance.

Regard "qualitatif"... ou cynisme ?

Supprimer la phase de juin est pourtant une nouvelle preuve de mépris envers l’aspect humain de la carte scolaire : en clair, sauf à faire des "bidouillages" que nous refusons par avance, de nombreuses écoles attendront dorénavant le CTSD de septembre, après la rentrée donc, pour savoir à quelle sauce elles seront mangées... avec ce que cela implique, également, en terme de concurrence scolaire. Et sans savoir quel seuil sera appliqué exactement.
L’année dernière, en juin, la DASEN avait refusé de lever de nombreux gels, stratégie lui permettant d’affirmer par la suite que cette phase ne servait à rien... Oubliant au passage que ces gels auraient dû être levés dès juin ! Nous l’avions demandé, et nous n’avions pas été écoutés. Résultat, ils l’ont été en septembre, avec les effets que l’on sait.

Une carte scolaire illisible et inéquitable

Les seuils, au lieu d’être baissés et affinés, sont mis de côté : ils restent "une référence", mais d’autres critères sont utilisés. Lesquels ? Comment l’équité est-elle possible si ces critères ne sont pas expliqués ? Comment les écoles, les collectivités vont-elles pouvoir anticiper s’il n’y a plus de règle commune ?...


SUD Education a donc voté contre ces mesures
, ainsi que FO et la FSU.

la CFDT et l’UNSA se sont abstenus : le projet est donc adopté... (il faut un vote unitaire contre pour obliger la DASEN à nous re-convoquer pour un nouveau CTSD).

Le détail des mesures :

13 Fermetures

- Luçon - J. Moulin maternelle (3ème classe maternelle)
- St Hilaire de Riez – R. Desnos (3ème classe maternelle)
- La Roche sur Yon – M. Pagnol maternelle
- St Gilles Croix de Vie – E. Bocquier (4ème classe maternelle)
- Dompierre sur Yon (6ème classe maternelle)
- Olonne sur Mer – M. Baussais (6ème classe élémentaire)
- Chantonnay Remondet (6ème classe élémentaire)
- Talmont Saint Hilaire – Payré (7ème classe élémentaire)
- Luçon – Centre (7ème classe élémentaire)
- Pouzauges (7ème classe élémentaire)
- L’Île d’Olonne (7ème classe élémentaire)
- L’Île d’Yeu – Le Ponant (élémentaire)
- La Roche sur Yon – Jean Moulin (5ème classe maternelle)

13 Ouvertures

- L’Herbergement (6ème classe élémentaire)
- Les Moutiers les Mauxfaits (7ème classe élémentaire)
- La Roche sur Yon – Laënnec élémentaire (6ème classe élémentaire)
- Commequiers (4ème classe maternelle)
- Bournezeau
- La Flocellière
- Saligny
- Aubigny
- Sainte-Foy
- Saint Martin de Fraigneau
- Saint Georges de Montaigu
- Saint Florent des Bois (6ème classe élémentaire)
- La Roche sur Yon – Les Pyramides (élémentaire)

3 Ouvertures réservées

- La Roche sur Yon – L’Angelmière (élémentaire)
- La Roche sur Yon – Léonce Gluard (élémentaire)
- RPI La Réorthe / St Juire

4 Gels

- Notre Dame de Riez (7ème classe élémentaire)
- Saint Hilaire des Loges (6ème classe élémentaire)
- Jard Sur Mer (3ème classe primaire)
- Nalliers G. Brassens (5ème classe élémentaire)

6 Plus de maîtres que de classes
(les 7 existant sont maintenus)

- 1 La Chataigneraie
- 1 Mouilleron en Pareds
- ½ Vix + ½ RPI Poiré Velluire / Velluire
- ½ L’île d’Elle + ½ RPI Le Gué La Taillée
- 1 Luçon J Moulin
- 1 Fontenay le Comte B. Massé

2 Dispositifs moins de 3 ans

- Chaillé les Marais (transformation d’une classe maternelle)
- La Châtaigneraie (transformation d’une classe maternelle)

ASH :

- ULIS école à Mouilleron le Captif
- CASNAV : 2 postes (Fontenay, et la création d’une UPE2A)
- Plan autisme : 1 (hors dotation départementale)

Remplacement :

- 5 postes

JEUDI 3 MARS

Reçu-es - enfin ! - jeudi 3 mars au matin par la DASEN, à qui les organisations siégeant au CTSD (dont SUD) ont dû imposer la présence de la CGT Educ’action et de la fédération de parents d’élèves FCPE, qui n’étaient pas invités malgré leur demande, nous donnons l’alarme (lire aussi le communiqué de presse intersyndical + FCPE en pdf en fin d’article).

Nous donnons l’alarme, car la DASEN entend supprimer les seuils au lieu de les abaisser comme nous le demandons ; or, les seuils, si on les abaisse, demeurent le seul outil vraiment équitable et transparent pour élaborer la carte scolaire.

Supprimer les seuils, c’est faire une carte scolaire dans la plus totale opacité : les ouvertures et les fermetures seront "le fait du prince" ; les équipes, les collectivités, ne pourront anticiper l’avenir de leur école. Ouvrira, ouvrira pas ? Fermera, fermera pas ? Aucun critère, aucun nouvel outil ne nous est présenté... Effet "loterie" garanti !

Nous donnons l’alarme, car outre la fin annoncée des seuils, la DASEN laisse entendre qu’elle pourrait s’en tenir à deux phases de carte scolaire : mars, et septembre... et ce, dès cette année ! Quel bénéfice pour les écoles ? Quelles conséquences néfastes possibles ? Quelle consultation en amont ?...

Nous donnons l’alarme, car l’ensemble de la communauté éducative est toujours ouvertement méprisée : les représentant-es du personnel sont mis devant le fait accompli, le projet est déjà bouclé avant la réunion... Notre expression - qui est celle de l’ensemble des collègues, que nous représentons - ne compte donc pour rien !?

Nous donnons l’alarme, car on nous fait miroiter quelques dispositifs, très à la marge, qui iraient dans le sens de la "refondation", pour "ne pas désobéir à la ministre" ! Mais on crée, ce faisant, des inégalités supplémentaires sur le territoire...

C’est pourquoi les organisations siégeant au CTSD ont décidé de ne pas se présenter au groupe de travail "technique" qui devait suivre la réunion. Comment pourrions-nous discuter sur un projet qui ne nous est pas explicité, que nous contestons dans son principe, et ce dans un contexte où la DASEN s’affranchit de plus en plus ouvertement de la représentation des personnels ?

Prochaine étape : le CTSD de mardi 8 mars. Ne lâchons rien !


Documents joints

PDF - 89.3 ko
PDF - 89.3 ko