Circonscription de Challans : RASED, le document ne s’applique pas

Reçus en audience, les personnels obtiennent que le document soit retravaillé en concertation
dimanche 1er février 2015
par  christinec
popularité : 2%

Mise à jour du 1er février

Le 26 janvier, les personnels du RASED de la circonscription de Challans ont été reçus en audience à la Direction Académique. En effet, le statu quo était intenable (voir article ci-dessous), et certaines écoles s’étaient mises à appliquer le document envoyé par l’IEN...

Aujourd’hui, celui-ci évoque ce qui n’aurait été qu’un "document de travail", et la DASEN indique que le travail de concertation doit être relancé.

Compte-rendu intersyndical SUD éducation - SNUipp, ci-dessous et en pdf (bas de page)

Compte-rendu d’audience
RASED Challans
26 janvier 2015

Présents :

Mme BAZZO Directrice Académique, M. ROBICHON IEN Adjoint à la Directrice Académique, M. GUYOT IEN-ASH, M. LENOIR IEN de la circonscription de Challans, Mme CURTENAZ représentante du personnel pour SUD éducation, M. BOBIN représentant du personnel pour le SNUipp, ainsi que quatre des cinq enseignantes des deux antennes du RASED de la circonscription de Challans, représentant les trois spécialités.

Nous faisons tout d’abord une mise au point : les personnels n’avaient pas demandé une audience, mais des explications à l’IEN ASH , en se référant au document établi par L’IEN de circonscription modifiant les décisions de synthèse et le fonctionnement du RASED entre autre. D’autre part, la demande exprimait les interrogations des personnels sur l’existence de demandes institutionnelles départementale, académique ou nationale explicitant ce nouveau mode de fonctionnement dont le RASED n’auraient pas été destinataires. La DASEN, ayant reçu ce courrier en copie, leur a proposé une audience.

La DASEN rappelle le texte du BO du 18/08/2014 portant création des pôles ressource. Elle donne lecture de la liste de tous les personnels qui en font partie, dont les personnels du RASED parmi d’autres. Elle indique que des temps de réflexion communs sont nécessaires en amont de l’action du RASED, et pas seulement des bilans.

L’IEN Challans explique que la DASEN, en réunion d’inspecteurs, a souhaité la mise en place des pôles ressource de circonscription et le pilotage des IEN. Il dit aussi que dans le fonctionnement actuel, il « ne sait pas ce que fait le RASED ».

Les personnels et leurs représentants répondent qu’il n’y a aucune volonté de « cacher » quoi que ce soit – encore faut-il que les questions leur soient posées ! – , mais que les modalités imposées dans le nouveau fonctionnement ne sont pas satisfaisantes. Les personnels sont en attente d’une réflexion sur les priorités, qu’ils n’ont pas à établir seuls et qui ne sauraient être purement géographiques.

Signalons que l’IEN Challans a jugé bon de donner lecture d’un extrait du rapport d’inspection d’une collègue présente.

La DASEN ayant demandé s’il y avait « crispation », nous avons répondu par l’affirmative et abordé la question de la forme. Une collègue a évoqué la réunion du 13/11/2014, pendant laquelle l’IEN a informé les directeurs et directrices du nouveau fonctionnement du RASED, à savoir :

- chaque spécialité n’intervient plus que dans un demi-secteur pendant deux ans, puis vice-versa, les aides en cours s’arrêtent au 1er décembre si pas dans le secteur prévu ;
- les suites à donner aux demandes d’aides sont validées, ou non, par l’IEN ;
- cette validation n’intervient qu’une fois par période en réunion de pôle ressource ;
- l’IEN est destinataire des demandes nominatives.

La collègue poursuit : elle est choquée d’apprendre ces modifications majeures en réunion de directeurs. L’IEN répond que cela a été évoqué en réunion de pôle ressource. La collègue lui rappelle qu’elle était alors en congé maladie, à quoi l’IEN a répondu : « vous n’aviez qu’à être présente ». Elle attend toujours des excuses pour cette remise en cause publique de son congé maladie.

Sur le fond, la DASEN indique que pour elle, s’il est important que l’IEN ait connaissance des élèves aidés selon des modalités à définir, les demandes d’aide en elles-mêmes peuvent être transmises de façon anonyme. Cette question de l’anonymat est discutée : les enseignantes spécialisées et psychologues scolaires racontent le long et difficile travail pour obtenir la confiance et donc l’accord des familles, travail dans lequel la confidentialité est un élément clé. Si elles précisent que, bien sûr, les informations ne sont pas la propriété du RASED, elles rappellent néanmoins que la CNIL avait fait supprimer les données relatives au RASED du fichier Base élèves.

Pour l’IEN et l’IEN Adjoint à la DASEN, les demandes d’aide comportent uniquement des éléments d’ordre scolaire, ce qui est un argument en faveur de la transmission nominative. Les personnels et leurs représentants s’inscrivent en faux : dans un souci d’efficacité et de rapidité, on peut être amené à écrire des informations plus personnelles.

Sur la validation par l’IEN des suites à donner aux demandes d’aide, outre la question du principe – qui reste à débattre – les enseignantes spécialisées expliquent que leur examen une seule fois par période serait impossible sur le plan quantitatif.

L’IEN Challans indique qu’il fallait lire son document « stratégie de fonctionnement du pôle ressource » comme un document de travail, et parle d’un processus essai/erreur, pour un dispositif opérationnel à la rentrée 2015. Les personnels et les leurs représentants s’étonnent, car cela n’avait pas été présenté de cette façon aux écoles.

L’IEN-ASH évoque la circulaire : pour lui, il faut rechercher dans la mise en place du pôle ressource un outil de réflexion conjointe, au service de l’efficacité y compris là où les difficultés restent « dans l’ombre ».

L’objectif de rechercher, grâce à un pôle ressource mis en place dans la concertation entre tous les acteurs, l’amélioration des différents dispositifs d’aide sur la circonscription, est partagé par tous les participants. Reste à trouver ensemble les modalités, conclut la DASEN. Il faut donc retravailler le document.

Cependant, la collègue qui attend depuis la réunion de directeurs du 13 novembre une phrase d’excuse de l’IEN, ne l’a toujours pas obtenue. Elle se voit proposer par la DASEN un entretien en tête à tête avec l’IEN sur rendez-vous. Pour les représentants du personnel, la réponse n’est pas appropriée.

Globalement, il semble que les points d’accord sur les finalités du pôle ressource soient partagés par l’ensemble des personnels mais que sa mise en place n’a été satisfaisante ni sur la forme ni sur le fond. Il est donc indispensable de reprendre un travail de concertation (comme prévu dans les textes d’ailleurs) pour repartir sur de meilleures bases.

D’ailleurs, la DASEN a noté dans le relevé de conclusions de la grève du 3 février : « la mise en place des pôles ressource de circonscription est en phase de concertation pour une mise en œuvre à partir de la rentrée 2015 ».
Le fonctionnement sur la circonscription reprend donc la même organisation que par le passé.

Pour l’intersyndicale,

Christine Curtenaz, SUD éducation 85
Jean-Jacques Bobin, SNUipp 85

Mise à jour du 11/12/14

Le 8 décembre, une délégation SUD-SNUipp a été reçue en audience à l’Inspection de Challans.

Il a été admis par l’IEN que le document envoyé aux écoles le 14 novembre sous le titre "stratégie de fonctionnement du pôle ressources" devait être réécrit.

Un courriel informel a déjà été envoyé aux écoles le 24, évoquant des infléchissements, mais il ne s’agit pas là d’un document officiel, et il reste trop flou.

Une réunion du Pôle ressources est prévue le 5 janvier. Dans l’attente de cette date, il paraît évident que le document du 14 novembre ne s’applique pas.

Nous restons vigilants, et continuons à demander l’abandon clair et net du projet de sectorisation par spécialité, ainsi que de la diffusion des demandes d’aide nominatives à la circonscription.

MISE A JOUR DU 24 NOVEMBRE

La lutte paie : suite à la réunion du 24/11, les points litigieux du nouveau "pôle ressource" semblent abandonnés. Nous attendons cependant une confirmation écrite de cette victoire des personnels qui défendent leur travail et leurs conditions de travail.
Cet épisode, s’il semble se terminer bien, grâce à l’implication des différents acteurs sur le terrain (collègues des RASED mais aussi équipes des écoles qui ont écrit à l’IEN), et syndicaux, laisse pourtant des traces :

- la souffrance professionnelles est réelle et légitime (certains aspects restent à régler sur ce point) ;
- la confiance entre l’IEN et les personnels enseignants de la circonscription, dans leur ensemble, pourrait bien être entamée ;
- la confusion règne pour l’instant sur le mode de fonctionnement des RASED car aucun nouveau document n’a été envoyé aux écoles ;
- la tentative de création d’un "pôle ressource" apparemment restreint, en dehors de toute circulaire académique ou départementale, laisse perplexe : aux réunions, ne sont présentes que les enseignantes des RASED, un ou deux CPC... et l’IEN, qui explique que les autres membres sont absents car ils "ont du travail" !!!

SUD Education et le SNUipp se rendront en audience le 8 décembre à l’Inspection de Challans : de nombreux points restent à régler.

N’acceptons pas l’inacceptable : nous avons tout à gagner à faire valoir nos droits !

Article du 16 novembre

Dans la circonscription de Challans, le "Pôle Ressources" prévu dans la circulaire d’août 2014 a bon dos : sa création sert de prétexte à bouleverser les pratiques, sans qu’on discerne où est l’intérêt des élèves dans les nouveautés présentées... et imposées, puisqu’au terme d’une "concertation", l’IEN ne tient pas compte de l’avis contraire des principaux acteurs.

Exemples :

  • une seule réunion par période pour décider des suites à donner aux demande de prise en charge remontées par les écoles ;on étudie donc les demandes de prise en charge une fois par période... au lieu d’une fois par semaine actuellement ! Quel progrès, quelle réactivité !
  • un RASED littéralement vidé de son sens par une sectorisation géographique ne permettant plus aux deux spécialités de se déployer partout où c’est nécessaire... Au bout de 2 ans, on échange ! mais les enfants ont des besoins spécifiques, on les fait attendre 2 ans... (soit "aide à dominante rééducative" soit "aide à dominante pédagogique"). En plus, on arrête, là, tout de suite ! Que va-t-on dire aux familles ?... et qui va être obligé de leur dire ?
  • En fait, l’inspecteur veut sans doute, sans le dire, que chacun prenne en charge les deux spécialités indifféremment (alors que ce sont 2 formations bien distinctes) ça s’appelle : flexibilité !
  • ce ne sont plus les membres du RASED en réunion de synthèse qui décident des prises en charge, c’est "le pôle ressource (dont le RASED fait partie) piloté par l’IEN" - donc, c’est l’IEN ! Ce n’est pourtant pas lui qui a une qualification au niveau de l’enseignement spécialisé !

Cela fleure bon la restructuration (l’administration y gagne sûrement des frais de route) et le management prend le pas sur l’intérêt des élèves les plus fragiles.

Sud et le SNUIPP ont demandé à rencontrer l’IEN avant toute nouvelle réunion imposée aux collègues. L’IEN a refusé cette entrevue avant la "réunion" qu’il impose ce lundi 24 novembre sur la circonscription de Challans.
Jeudi 20 novembre, le cas est évoqué au CHSCT.
Samedi 22 novembre, SUD et le Snuipp relancent l’IEN qui ne daigne pas répondre...

Des collègues se retrouvent en grande souffrance tellement les conditions de travail prescrites deviennent anxiogènes. SUD Education a suggéré de faire jouer le "droit d’alerte", ce qui entraînerait un CHSCT exceptionnel, mais nous n’avons pas été suivis. SUD-Education n’ est pas membre pour l’instant du CHSCT : les élections professionnelles changeront peut-être la donne !...


communiqué de la fédération SUD éducation sur la circulaire du 18 août 2015

Documents joints

PDF - 160.4 ko
PDF - 160.4 ko
PDF - 67.2 ko
PDF - 67.2 ko