GREVE, AG ET MANIFESTATION JEUDI 5 DECEMBRE

Appel départemental intersyndical
jeudi 28 novembre 2013
par  christinec
popularité : 3%

POUR une véritable transformation de l’école !

 Appel intersyndical Snuipp85 - Snudi-FO85 - CGT éduc’action - SUD éducation85

POUR une autre réforme des rythmes

Unité des personnels enseignants et territoriaux : non à une réforme qui oppose !

 Suspension du décret Peillon, pas de généralisation en 2014.
 Ouverture immédiate de négociations pour une autre réforme qui :
• apporte un cadre national garantissant l’équité entre les élèves, entre les écoles
• conforte l’école comme le lieu des apprentissages, les activités péri-éducatives restant complémentaires et gratuites.

POUR des mesures ambitieuses avant toute modification des rythmes

1. Un budget à la hauteur de besoins :
 Baisse des effectifs par classe et des seuils de carte scolaire ;
 Reconstitution des RASED par des créations de postes et des départs en formation ;
 Rétablissement d’une véritable formation initiale et continue ;
 Revalorisation salariale par la revalorisation du point d’indice ;
 Mesures concrètes pour l’éducation prioritaire.

2. L’amélioration des conditions de travail :
 Affirmation d’une véritable liberté pédagogique et respect des enseignant-e-s en tant que professionnels de l’éducation ;
 Suppression des APC ;
 Pas d’annualisation du temps de travail ;
 Pérennisation des emplois territoriaux, reconnaissances des métiers à leur juste valeur par la création de postes statutaires à temps plein.

 TOUS EN GRÈVE JEUDI 5 DÉCEMBRE 2013

Manifestation à 11h00 à La Roche Sur Yon
(Place du Théâtre)
Assemblée Générale à 9h30
(La Roche Sur Yon, Bourse du travail (bd Louis Blanc), salle 3

En bas de page, l’appel départemental en PDF.

LA POSITION DE SUD EDUCATION

Depuis le lancement du projet Peillon, SUD éducation ne cesse de le répéter : les élèves et les personnels ont besoin de mesures immédiates, conditions préalables à un changement des rythmes scolaires :

- Suppression de l’aide personnalisée ou de ses successeurs et mise en place de RASED complets sur tous les territoires, avec les collègues des différentes spécialités (pédagogiques, rééducatives et psychologiques), qui ne doivent être ni fu-sionnées ni supprimées mais reconnues et maintenues dans leurs spécificités
- Augmentation du nombre de postes aux concours et titularisation de tous les personnels précaires
- Abrogation de la masterisation et mise en place d’une véritable formation initiale rémunérée
- Abrogation des programmes actuels
- Abandon du socle commun et de sa déclinaison en livret personnel de compétences
- Réaffirmation de la liberté pédagogique et abandon des procédures de fichage des élèves et de contrôle du travail des enseignant-es
- Réappropriation du pouvoir décisionnel par les équipes pédagogiques
- Augmentation des salaires des personnels de la fonction publique
- Suppression de toutes formes d’annualisation du temps de travail
- Rétablissement des droits syndicaux, du droit de grève et abrogation du service minimum

Le débat sur les rythmes scolaires ne peut être dissocié d’une réflexion de fond sur une école émancipatrice.

La réforme des rythmes est un enjeu pour les élèves de la maternelle à l’université, pour leur famille et l’ensemble de la société, ainsi que pour tous les personnels de l’éducation et agents territoriaux .

C’est pourquoi Sud éducation revendique :

- La réduction du temps de travail de tous les personnels
- La réduction du nombre d’élèves par classe
- Une réforme du contenu des programmes et des apprentissages
- L’augmentation du nombre de titulaires-remplaçants pour garantir le droit des personnels à être remplacé en cas de congés maladie, de stages, de formations continues et assurer les droits syndicaux
- Le développement d’une formation continue de qualité sur le temps de service pour tous les personnels
- Des dispositifs de soutien aux apprentissages (plus d’enseignant-es que de classes)
- L’autogestion des personnels dans les écoles et les établissements

Pour que l’ensemble des questions puissent être réellement posées et que les personnels puissent enfin participer à la transformation de l’école, la fédération SUD éducation revendique les bases d’une véritable refondation et l’abrogation du décret Peillon.

le site national de SUD éducation

Documents joints

PDF - 286 ko
PDF - 286 ko